Petites histoires pour mieux-être : les 2 loups

Les métaphores, les contes de fées, les légendes, etc. sont des histoires qui atteignent directement l’Inconscient qui sait les comprendre immédiatement et, en tant qu’hypnothérapeute, j’en utilise beaucoup dans ma pratique thérapeutique…

Ma préférée du moment ? L’histoire des deux loups, une légende amérindienne que m’a raconté un vieil indien…
Profitez, c’est cadeau !!!

“Il m’arrive, me dit-il, de ressentir des émotions négatives… mais toutes ces émotions négatives épuisent… m’épuisent… C’est comme si j’avais deux loups à l’intérieur de moi; le premier est joie, paix, amour, espoir, partage, sérénité, humilité, bonté, bienveillance, amitié, empathie, générosité, vérité, compassion et foi et ne me fait aucun tort. Il vit en harmonie avec tout ce qui l’entoure et ne s’offense pas lorsqu’il n’y a pas lieu de s’offenser. Il combat uniquement lorsque c’est juste de le faire, et il le fait de manière juste.
Mais l’autre loup, ahhhh…! Il est plein de colères, de haines, peurs, envies, chagrins, regrets, avidités, arrogances, apitoiements sur moi-m’aime, culpabilités, orgueils, ressentiments et ou infériorités contre ceux qui se conduisent mal et n’en éprouvent aucun regret ou contre moi… La plus petite chose le précipite dans des accès de rage. Il se bat contre n’importe qui, tout le temps, sans raison. Il est incapable de penser parce que ses émotions négatives sont immenses. Il est désespérément dans une ou plusieurs émotions négatives, et pourtant ses émotions négatives ne changent rien.

Il est parfois si difficile de vivre avec ces deux loups à l’intérieur de moi, parce que tous deux veulent dominer mon esprit.
J’ai alors regardé attentivement ce vieil indien dans les yeux et lui ai demandé :
” Lequel des deux loups l’emporte ?”
Le vieux sage indien sourit et me répondit doucement : “Celui que je nourris.”
Et ce jour, je comprends qu’il est temps pour moi de nourrir mieux le premier loup…
Qu’il est temps pour moi que ces deux loups se complètent de telle façon que je sois bien, que je sois mieux…”